Vu de la fenêtre

Tout à l'heure sur le trottoir en face vu passer un homme qui promenait un animal, qui n'était pas un chien, ni non plus un chat comme on a pu, une fraction de seconde, le penser.

Les chiens sont-ils capables de se passer de nous? Ils se sont en tout cas accommodés de leur domestication en inversant les rôles chaque fois que c'est possible, et en asservissant ainsi leurs maitres. Les chats, quant à eux, nous utilisent tout en se gardant un maximum d'indépendance.

L'animal de cet après-midi avait le pelage blanc, le corps allongé et était court sur pattes. Longeant le mur le plus près possible, il tirait sur la ficelle qui servait de laisse, non pas en avant comme le chien tente d'entraîner l'homme, mais en arrière, à la façon du prisonnier qui refuse de se laisser emmener. Comme il aurait alors été contraint de le traîner littéralement par terre, l'homme l'a pris dans ses bras et un peu caressé, puis a recommencé plus loin sa tentative de promenade imposée, sans savoir que quelqu'un s'attristait du spectacle.

Aucun commentaire: