Du champ du signe et de sa fabrication

[…] « Quelque chose attira mon attention : juste au pied du mur, sur l’herbe rase, un certain nombre de petits silex étaient disposés de manière à former un dessin ; quelque chose comme ceci. »
Vaughan prit un crayon et une feuille de papier sur laquelle il traça quelques traits.
« Vous voyez, continua-il, il y avait, je crois, douze petite pierres alignées et régulièrement espacées, comme je l’ai dessiné sur cette feuille de papier. C’étaient des cailloux pointus, dont les extrémités étaient orientées dans la même direction.
- Oui, dit Dyson, sans manifester un grand intérêt, il s’agit certainement des enfants dont vous avez parlé ; ils ont dû s’amuser en sortant de l’école. Comme vous le savez, les enfants aiment beaucoup composer ce genre de motifs avec des coquilles d’huîtres, des cailloux, des fleurs ou tout ce qui leur tombe sous la main.
- C’est bien ce que j’ai pensé ; j’ai simplement remarqué que les silex étaient disposés de façon à former une sorte de dessin et j’ai continué mon chemin. Mais le lendemain matin, alors que je faisais le même tour – ce qui est, en fait, mon habitude -, j’ai vu au même endroit une autre figure tracée avec des silex. Cette fois-ci, le motif en était vraiment curieux ; on aurait dit les rayons d’une roue, partant tous d’un même centre ; et ce centre avait une forme qui ressemblait à un bol ; le tout, vous comprenez, fait avec des silex.
- Vous avez raison, Dyson, cela semble assez curieux. Il y a toutefois de fortes chances pour que votre demi-douzaine d’écoliers portent la responsabilité de ces fantaisies en pierres.
- Eh bien, je pensais pouvoir régler aisément cette petite énigme. Les enfants passent devant la grille tous les après-midi vers cinq heures et demie ; j’y suis donc allé ce même jour vers six heures et j’ai trouvé la figure exactement telle que je l’avais laissée le matin. Le lendemain matin, j’étais sur place dès sept heures moins le quart et je trouvais le motif complètement changé. Une pyramide en silex se détachait sur l’herbe. Je vis les enfants arriver environ une heure et demie plus tard ; ils dépassèrent l’endroit en courant, sans regarder à droite ni à gauche. Le soir, je les observai lorsqu’ils repassèrent devant la grille, et ce matin, vers six heures, il y avait une sorte de demi-lune qui m’attendait au même endroit.
- La série se présente donc ainsi : d’abord des lignes régulières, puis des rayons autour d’un bol, puis la pyramide et, enfin, ce matin la demi-lune. C’est le bon ordre, n’est-ce pas ?
- Oui, c’est cela ; mais savez vous que cela m’a fait une drôle d’impression ? je pense que je vais vous paraître absurde, mais je ne peux m’empêcher de penser que des sortes de signaux se font sous mon nez, et cette idée est troublante. […] » (p. 23 à 25)

« […] Qui ferait des signaux, et à qui ? » (p.26)

« […] Je dois dire que tout cela me semble fort intéressant, répliqua Dyson. Continuons. Qu’en est-il des autres formes ? De l’Armée, comme nous pourrions appeler le premier signe, et du Croissant ou de la Demi-Lune ? » (p.27)

Arthur Machen : La pyramide de feu.
Retz – Franco Maria Ricci 1978, La Bibliothèque de Babel, collection de littérature fantastique dirigée par Jorge Luis Borges
The Shining Pyramid a été traduite par Francine Achaz

J'avais fini hier soir de lire cette nouvelle. J'ai eu envie aujourd'hui d'en citer un court extrait comportant le mot "signe". Je pensais le trouver à un endroit donné mais en fait n’avais absolument pas remarqué la série de mots utilisés par la traductrice avant d’arriver à l’occurrence du terme qui m’intéressait.
Je serais curieux de voir les mots correspondants dans le texte anglais.

(dessin – figure – motif – fantaisie – signal – forme – signe, et plus loin (p.57) : symbole)


Faites-moi signe !
Date limite : 15 septembre 2006
jnp &

Les matins des nuits

Les matins des nuits où il a bien dormi, il se réveille les yeux fermés. Quel que soit le moment de l’année en cours, il est persuadé que c’est l’été et qu’il fait déjà soleil, il ne se demande même pas s’il pourra en être autrement.
De même pour les framboises, R. et lui se querelleront pour rire pour les mûres du jour. Il fera chaud et lumineux, les batteuses fossiles bourdonneront dans l’horizon à la fois lointain et proche, à la fois ligne et monde. Il n’aura même pas besoin de dénombrer combien il reste de papillons volant au jardin suspendu.
Sa mère fait la lessive et son père scie et cloue… Dites-lui donc pourquoi il faut alors que le film change, il n’avait pas fini l’époque que l’un fabrique déjà des cercueils en chêne et que l’autre se réveille des fourmis dans les mains, tordues de douleurs.
Le psy dit : Ouvrez les yeux. Comment voulez-vous encore être heureux après l’avoir autant été?
Il n’aime pas ses bonnes nuits, heureusement qu’il n’en fait pas souvent. Pareil pour les beaux rêves. Mais maso comme il est, il est capable de vous en écrire aussi trois mots un jour ou l’autre.
Poème express du dimanche 21 août 2006 après midi : version en 'il'.
Une version en 'je' a été envoyée à
"TOUSNOSJOURSSONTUNPOÈME":
"Si vous désirez recevoir [cette publication],
"comme une lettre à des sœurs, à des frères", [...]
envoyez quelques jolis timbres, un poème ou une illustration à
Christian Edziré Déquesnes,
125, rue du Général Délestraint, 59230 St Amand-les-Eaux".

Soleil noir...

...ou : Bikini délocalisé

Collage numérique à partir d'imprimés scannés : photo de presse et dépliant touristique.
Effet facile, je sais...


Art postal alerte

Reçu récemment :

"Appel à projet Art Postal
Mobilité : Envoyez-nous vos expériences de mobilité en tant que travailleur
Toutes techniques, format libre"

Tant pis si je ressasse le passé, j’envoie une « Lettre ouverte », sous forme de feuille A4 non pliée directement affranchie et pourvue des adresses du destinataire et de l’expéditeur. Comme j’ai quand même envie que mon courrier arrive sans être déchiré, je l’insère dans une pochette plastique transparente où je découpe une fenêtre pour permettre l’oblitération du timbre. Question de rendre claire l’allusion faite dans mon courrier à la ville que j’habite, je passe au guichet du bureau de poste principal pour y faire apposer un cachet philatélique, ce que j’obtiens sans problème. Mais on me rend le document, sur quoi j’explique que je souhaite l’envoyer. Vous voulez envoyer ça comme ça ? Eh oui. Je vais me renseigner…

Finalement on accepte mon envoi avec réserve et grand sourire : Ma collègue craint que les machines le refusent et cela risque de traîner. Je lui réponds que ça ne me dérange pas, au contraire (la date limite est encore éloignée) mais pense que l’employée qui sourit devrait plutôt s’inquiéter. Les machines n’ont pas fini d’éliminer les gens.

Ma première réaction a été de me dire que l’art postal se trouvait ainsi menacé par une définition plus restrictive des formats ; mais je pense maintenant qu’il a justement vu le jour dans les marges des règlements postaux. De même a-t-on craint qu’il ne survive pas à Internet, et c’est vrai que le prix des affranchissements peut maintenant apparaître prohibitif à l’heure des e-mails et des téléchargements gratuits, mais le réseau a aussi décuplé la propagation des projets et offert une vitrine à une pratique plus ou moins confidentielle. Faut-il craindre l’inflation ? Ce n’est après tout qu’un des avatars du monde.

Et c’est comme ailleurs qu’il faut s’y frayer une voie, entre gratuité et récupération, entre établissement et dérangement, entre dédain et glorification En fait c’est d’abord en soi qu’il faut localiser ces tendances, et se chercher avec simplicité pour participer et collaborer. En ce qui me concerne, ce que j’attends de autres et espère arriver à faire moi-même, ce sont comme des gestes. Pas vraiment des messages ni seulement de l’art posté. Un vœu et un jeu.

En attendant et avant que la chose soit interdite ou rendue impossible par les trieuses robotiques, merci de m’envoyer sans enveloppe une carte carrée*. Format, dites-vous ? Oui carré cette fois-ci, autre la prochaine. Jeu en français : à la fois l’espace qui permet ou provoque le déplacement, et le déplacement seul ou en groupe selon des règles, à la fois la liberté et la contrainte. Tout le monde peut jouer.

(Message modifié le mercredi 22 août 2006)

*Faites-moi signe !

Envois déjà reçus : jnp &