Innovation maraîchère :


L'endive-tige
À gauche la variété trouvée chez Lidl, au centre celle de Carrefour. Curieusement, ni l'emballage neutre de ce second magasin, ni celui aux couleurs des "Endives de France" du premier, n'en font publicité. Pourtant même les industries charcutières, qui alourdissent les jambons d'eau, prennent la peine (ou sont obligés?) de préciser "avec" ou "sans os" le prix au kilo de certains morceaux de porc.
Ici c'est à la préparation qu'on découvre la spécialité. Il suffit de couper l'endive en rondelles à la façon traditionnelle du Nord-Pas-de-Calais pour être surpris : on tombe très vite sur la pointe gâtée à l'intérieur puis on se rend compte de l'absence de feuilles au centre. Après perplexité et hésitation on se résout à éplucher sans couteau les feuilles, question de ne pas perdre tout son argent, mais on n'en a pas fini pour autant: les feuilles conservées pour la salade s'avèrent au goût plus sèches que celles d'une endive normale. L'eau du kilo payé était en fait dans ce trognon qu'on a jeté!
On a écrit à Endives de France. Quand on pense que leur siège est dans le Pas-de-Calais on a honte pour ici. Et ce qui chagrine au fond c'est que ce sera peine perdue. Ou absence de réponse* ou justification économico-commerciale et les gens des jeunes générations prendront cela pour la norme. De la même façon qu'ils se font directement refiler une carte bancaire sans savoir que les chèques existent, ou qu'ils pensent que la vie est impossible sans auto ou sans téléphone portable, ou bien qu'un meuble ne peut pas être fabriqué en bois à la fois durable et non polluant. ou que les graines sont forcément payantes.

* On a eu deux réponses écrites, que l'on peut dire passables. Carrefour et Lidl offrent l'un comme l'autre d'être remboursé au magasin sur présentation de la lettre et retour de l'article. Sauf qu'on ne garde pas le ticket de caisse de toutes les petites courses qu'on fait, et que la chose était si surprenante qu'on n'a pas eu le réflexe de le faire tout de suite. Peut-être aussi qu'on a eu la flemme, qu'on devient blasé. Aucune réponse du côté producteur (24 juin 2011).
P.S. : Ça continue!