Cent à l'heure

Hier soir me suis relevé après m'être couché tôt, n'arrivant pas à m'endormir. Le lecture - d'un des deux ou trois journaux que j'achète encore - aidant, j'ai pu ensuite selon mon habitude sombrer presque instantanément, dès la lampe de chevet éteinte. Presque : le temps de lire l'heure au cadran numérique du réveil et de trouver que le total des heures et des minutes faisait cent. Un bon chiffre. J'ai même mémorisé l'image. Le nombre favori d'un ami et le mien, de nombre fétiche. Sauf que ce matin il me faut constater que l'addition magique ne s'était faite qu'au prix d'une lecture acrobatique : de gauche à droite avant le point, de droite à gauche après. Mais spontanément. Comme il m'arrive parfois de lire un mot pour un autre.